Le retard de paiement, l’ennemi de la trésorerie

Eviter un retard de paiement

Partagez cet article :

Selon le cabinet Altares, les retards de paiement sont la cause directe de près de 25% des faillites d’entreprises. Alors que le délai de paiement est encadré légalement, on observe que passé les 30 à 45 jours, bon nombre de factures n’ont toujours pas été réglées. En 2018, le retard de paiement moyen était ainsi d’environ 11 jours. Alors comment faire pour être meilleur que la moyenne et réduire ce retard ?

Informer les collaborateurs de l’entreprise

Cela peut paraître évident mais chacun a son rôle à jouer dans l’entreprise quand il s’agit des paiements. Un commercial, un technicien… tous ceux qui sont en contact avec les clients, qu’ils soient ou non en charge du suivi des paiements, peuvent agir. Une bonne communication interne ainsi que quelques messages clés sur le retard de paiement permettront d’associer les collaborateurs à la démarche.

Intégrer la notion de délai de paiement dans le contrat

Une première étape pour structurer son approche en termes de paiement et éviter un retard de paiement consiste à faire préciser les conditions de règlement de manière explicite dans le contrat. Bien sûr, cela ne se substitue pas à la présence, sur chaque facture, de la date butoir de paiement.

Avoir accès simplement et en temps réel à ses paiements et ses encours

La possibilité de disposer de la situation de ses paiements et de ses encours en temps réel représente un élément clé pour piloter l’entreprise.

Pour ce faire, un certain nombre d’outils existent. Choisissez en un qui soit intuitif mais également et surtout exhaustif. Il doit pouvoir automatiser certaines tâches telles que les alertes en vous permettant de réagir vite et efficacement.

Ne pas hésiter à relancer les clients avant le 1er jour de retard de paiement

Effectuer la première relance client avant la date d’échéance présente de nombreux avantages : anticiper un éventuel litige, optimiser le besoin en fond de roulement en escomptant les encaissements à venir, disposer de visibilité avant la date d’échéance et optimiser vos chances d’obtenir un paiement avant la moyenne des 11 jours de retard de paiement observés sur le territoire en 2018. 

Cela vous permet d’instaurer une relation client positive, sans aller jusqu’au recouvrement, parfois mal vécu. Dans vos relances il faut privilégier le format écrit, en rappelant les faits (délais, numéro de la facture impayée, objet de la facture etc) et en adoptant une approche cordiale. Cette relance devra être suivie d’une relance plus insistante si jamais le paiement n’était pas réglé suite à cette première démarche.

Notez qu’il existe des outils qui permettent d’automatiser les relances. Un outil comme Papam prend en charge toute la chaîne de traitement de la facture jusqu’à son règlement par votre client.

Obtenir de l’aide

Contacter Papam